L'origine du Hatha yoga.


Le Haṭhayoga (devanāgarī: हठयोग), orthographié aussi Haṭha yoga ou '’’Hatha-yoga,

est une forme particulière de yoga qui a été codifiée en Inde, avant d'atteindre, au xxe siècle, l'Occident.

 

 

En Inde, la plus ancienne pratique du yoga doit

ses lettres de noblesse aux

yoga sūtra de Patañjali (IIe s. av. J.-C. ).


C’est le Yoga classique ou Râja-yoga, qui a pour but la libération spirituelle de l’être humain (moksha).

Le Hatha-yoga, lui, est une forme plus tardive de Yoga, »Yoga de la force ou de la violence»,

voie rapide élaborée par les Nâtha ou Siddha-yogis vers le XIIe s.,  recherchant la perfection corporelle comme moyen d’accès à la libération spirituelle.

 

Cette forme de Yoga est codifiée dans le texte sanskrit intitulé Haṭhayoga-Pradīpikā,

«Petite torche du Hatha-yoga»,

composé par le Yogi Svātmārāma (XVe s.) et commenté par Brâhmânanda, auquel il faut ajouter la Gheranda samhitā et la Shiva samhitā.

Par ailleurs, la Centurie de Goraksha

(Goraksha-shataka) et le Guide des principes des Siddhas (Siddha-siddhânta-paddhati)

sont des textes de la même école.




 Le Hatha yoga en occident.


En Occident, le haṭha yoga s'est popularisé sous la forme d'une recherche du mieux être individuel

et du rapport à l'autre.

Ce succès est dû au fait que, contrairement aux yoga sūtra, en «huit degrés» (ashtânga),

le texte référent du haṭha yoga (haṭha yoga pradipika) est de nature pratique

et fait une large place aux postures (āsana)

et au contrôle du souffle (prāṇayāma),

qui sont les troisième et quatrième degrés du yoga de Patanjali, mais constituent les premier et deuxième degrés du Hatha-yoga;

malheureusement on néglige en Occident les techniques difficiles ( bandha, mudrâ, écoute du son intérieur) et les disciplines de concentration qui forment le troisième et le quatrième

degré du Hatha-yoga, le faisant déboucher sur le Râja-yoga avec son aspiration à la

Délivrance de l’existence conditionnée.

 

La pratique occidentale du haṭha yoga se veut une recherche de l'unité de toutes les modalités physiques et psychiques

qui composent l'être humain.

 

La pratique met l'accent sur l'expérimentation d'opposés complémentaires, tels :

féminin / masculin, mouvement / immobilité, inspiration / expiration, résistance / lâcher-prise.

 

Posture, respiration, méditation, peuvent tour à tour culminer dans la pratique.

 

Avec la maturité et dans une difficulté croissante, elles se combinent par deux :

postures/respiration ou postures/méditation,

et par trois : postures/respiration/méditation.